Le coup de gueule de Marcel : La mobilité à Bruxelles ! Quelle mobilité ?

La mobilité, vaste sujet. Rien que pour notre petit pays, quatre ministres s’en chargent. Et pas toujours avec compétence. La preuve à Bruxelles où bien évidemment la région dispose d’un responsable de la mobilité.
Son nom, Pascal Smet, un ministre de …l’immobilité.


TUNNEL Bxl fermé

A première vue, cela ne l’empêche pas de dormir et comme son mandat est (très) bien rémunéré (sans compter tous les avantages liés à sa fonction), ce personnage qui se targe d’avoir cent idées à la minute, ferait bien d’en avoir quelques-unes mais de préférence très … intelligentes. Les derniers évènements ont démontré qu’il ne se sent pas du tout responsable mais que ce sont tous les partis politiques confondus qui au fil des années ont négligé l’entretien des tunnels bruxellois. D’où leur fermeture programmé pour de nombreux mois. Avec le chaos que l’on devine mais sachez «  braves conducteurs » que le problème a été « encomissionné ». Ca leur fait une belle jambe …

Pas plus tard qu’au début de cette semaine, j’ai dû absolument circuler en voiture en Bruxelles afin de me rendre à plusieurs endroits. Inutile de vouloir encoder mes destinations, même le meilleur des GPS ne parvient plus à retrouver son chemin. Avec de nombreux tunnels fermés dont le fameux Stéphanie ainsi que le Montgomery sans oublier le démantèlement du viaduc Reyers et le boulevard de la Wolu dont les travaux avancent à une allure d’escargot (comme le trafic), voici quelques exemples de grands axes qu’il vaut mieux éviter. Connaissant pourtant pas mal de subtilités « routières » et leurs pièges sans parler des déviations, circuler à Bruxelles, devient un véritable parcours du combattant, le chaos. Pas étonnant que notre capitale soit la ville européenne la plus «  embouteillée ». Je plains sincèrement les professionnels qui journellement doivent y circuler, c’est l’enfer, n’ayons pas peur des mots. Même les journalistes de France 2 arrivent au même constat, pensent la même chose que nous. Et l’on ose même instaurer à Bruxelles le paiement d’une taxe kilométrique pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes. Une situation surréaliste mais tant que ça rapporte… Mais ne serait-il pas temps de se réveiller !

Alors que des clubs automobiles crient au scandale, ça ne sert pas à grand-chose. Ce qu’il faut, c’est un bon collectif d’automobilistes bien organisés et structurés qui devrait demander des comptes au ministre concerné et à l’exécutif bruxellois. Et au besoin, les traduire en justice pour «  négligences graves ». Au fait savez-vous comment pendant plus de vingt ans, on entretenait la plupart des tunnels bruxellois. Au «  Karcher » tout simplement mais à très haute pression. De quoi faire disparaître les joints qu’on ne remplaçait pas bien entendu …Et de s’étonner que des tunnels vont nous tomber sur la tête. Depuis des années, les responsables ont un peu joué à la roulette russe, encore heureux qu’il ne soit rien passé de très grave.

Mais aujourd’hui, finis les palabres, les ronds de jambes et les excuses, il faut agir et vite. Une question de crédibilité vis-à-vis des utilisateurs, qu’ils soient bruxellois, belges ou étrangers. Et de se poser la question ? Avons-nous encore des hommes ou des femmes politiques qui ne songent pas qu’à leur carrière mais bien au bien-être la population.
J’en doute de plus en plus …

Marcel PIROTTE